Gui Perdrix

Secrets de facilitation  : des post-its, mais pas que 😉. Avec Lily Gros. 

 

Episode 43 : Secrets de facilitation: des post-its mais pas que 😉. Avec Lily Gros

par Lily GROS et Sophie FRANTZ | LES INTELLIGENCES COLLECTIVES

Écoutez cet Ă©pisode sur:

Dans cet Ă©pisode, j’ai voulu tout savoir sur la Facilitation et ses secrets.

J’ai donc invitĂ© Lily Gros la pĂ©tillante hĂŽte du podcast La Licorne – Secrets de facilitation.

« Faciliter » cela veut dire quoi ? : les 2 approches de la facilitation. ‹

N°1 : DEFINIR LA FACILITATION 

Lily nous partage dans cet épisode sa définition de la facilitation.

« La facilitation c’est ce qui doit rendre facile les Ă©changes collectifs. »

Elle nous explique comment cela englobe l’art de dĂ©finir le bon sujet au bon moment ainsi que le processus et le dĂ©roulĂ© qui permettront au groupe d’avoir une discussion.

 

N°2 : LES 2 APPROCHES DE LA FACILITATION

Mais nous allons plus loin. ( J’ai trouvĂ© d’ailleurs ce moment de l’interview passionnant ! )

Lily nous invite à réfléchir sur 2 approches de la facilitation :

* La facilitation « productive »

Elle cite ici la dĂ©finition de mon invitĂ© de l’épisode 20 , Jean Philippe Poupard, auteur du livre « Devenir facilitateur ».

« La facilitation professionnelle regroupe un ensemble de pratiques qui vise Ă  rendre la tĂąche d’un collectif plus facile, tout en utilisant au mieux le temps et l’intelligence des individus qui le composent. »

👉 Il existe donc une facilitation focalisĂ©e projets, prises de dĂ©cision, actions.

* La facilitation militante, « transformatrice »

Ici on parle surtout de transformation collective, de RELATIONNEL.

Elle nous invite à réfléchir à une facilitation qui remet le soin au centre.

Ecoutez son explication du concept de « Holding space ». Le don de soi envers autrui, faciliter pour créer un contenant le plus sécurisé possible et le plus courageux possible, pour vivre une transformation collective.

La formation Ă  la facilitation : comment dĂ©marrer, oĂč se former ? 

N°1 – ON RÉFLÉCHIT AUX PROFILS DES SUPERS-FACILITATEURS

3 appĂ©tences primordiales nous viennent en tĂȘte :
– La curiositĂ©.
– Le lĂącher-prise, un facilitateur sait qu’il ne peut pas tout contrĂŽler.
– L’amour de l’humain, un facilitateur ne peut pas voir les autres comme des adversaires.

N°2 – ET POUR SE FORMER, COMMENT CELA SE PASSE ?

Autre moment passionnant de l’interview. 😉

Et si se former en facilitation passait en fait par 2 phases ?

* Etage 1 : Les bases / les fondations.

Lily invite les futurs facilitateurs à commencer par une formation généraliste qui permet de connaßtre les processus, les enjeux, les bases de la facilitation.

Quelques acteurs pour vous former :
Formapart
Agil’Innov
Le Worklab
Enactus
Mais comme le dit Lily, ceci n’est qu’un Ă©chantillon.

* Etage 2 : Les formations d’approfondissement

Vous avez les bases ?
Ce n’est que le dĂ©but, faciliter un collectif est un art qui s’exerce, se construit, se vit.
Il y a 1001 façons de faciliter, 1001 styles de facilitation, des courants différents.

Le champ des possibles est Ă©norme, Ă  vous de trouver votre style de facilitation.

D’ailleurs si vous ĂȘtes plutĂŽt du style facilitateur militant et habitĂ© par le relationnel, n’hĂ©sitez pas Ă  jeter un coup d’Ɠil sur le travail de Lily Gros, vous y trouverez votre bonheur !

En bonus, le conseil de Lily pour débuter en facilitation.
Se former à l’animation de fresque.
Se former Ă  animer des holdups avec MakeSense.

RAS LE BOL DES ATELIERS POST-ITS ? ON EN PARLE AUSSI ! 

Oui la fatigue des ateliers collectifs existe.
Ce mode de travail peut ĂȘtre dĂ©ceptif, quelques rĂšgles pour Ă©viter cela :

– Remettre l’INTENTION avant les outils.
Bien réfléchir au pourquoi , aux objectifs de ce temps collectif.
Se poser la question de la nécessité.
Le participatif n’est pas toujours la meilleure façon de faire, il y a des moments oĂč le leader doit ĂȘtre directif.
(Pour en savoir plus sur les modes de dĂ©cisions, je vous invite Ă  Ă©couter l’épisode 20 du podcast : Et si le collaboratif n’était pas le meilleur mode de dĂ©cision ?)

– L’importance de la PREPARATION.
Comprendre l’objectif puis rĂ©flĂ©chir en amont au dĂ©roulĂ©, trouver le vrai sujet, la bonne mĂ©thodologie.
Réfléchir aux livrables et aux agendas post-atelier lors de cette phase de préparation.
Comme le dit Lily, le facilitateur n’est pas forcĂ©ment garant de la mise en action du groupe aprĂšs le temps collectif.
Mais lors de la préparation, il est intéressant de savoir comment ces sujets seront suivis, afin de transformer les apprentissages en actions.

– Attention aux dangers de FACIPULATION
VĂ©rifier que le commanditaire est rĂ©ellement prĂȘt Ă  laisser la place Ă  l’intelligence collective.
Si le dirigeant commanditaire connaĂźt dĂ©jĂ  la rĂ©ponse avant l’atelier, est-ce vraiment utile de faciliter ce moment ?

À nous facilitateurs d’ĂȘtre vigilants, afin de ne pas crĂ©er de frustrations, de l’inutilitĂ©, de la vacuitĂ© 

À lire;  le guide Ă©thique de l’IAF. 

En savoir plus sur LILY GROS ‹

Son sujet du moment ? Le travail qui relie.
Lily propose des formations sur ce sujet, n’hĂ©sitez pas Ă  la contacter.

Ecoutez son podcast et abonnez-vous Ă  sa newsletter.
Ces 2 ressources sont des incontournables si vous facilitez ou souhaiter faciliter. Go ! 😊

La Ressource que Lily nous conseille :
The art of Gathering de Priya Parker

Sa valeur centrale : La paix, faciliter pour cheminer vers la paix

Une dĂ©finition de l’intelligence Collective ?
Prendre appui sur toute la diversitĂ© d’un groupe pour avoir une vue multidimensionnelle.